Yassir Kazar ” Deuxième jour au FMDH

“J’ai réussi à rentrer cette fois ! Tout le monde pouvait accéder en fait. Les organisateurs ont eu l’intelligence d’abandonner l’histoire des badges. Ça a soulagé tout le monde, et le staff, et les visiteurs. Les problèmes de logistique se confirmaient tout de même : très peu de renseignements pour les visiteurs.

Pas de protocoles claires, typiquement il n’a pas été indiqué aux personnes étrangères qu’elles pouvaient avoir un casque pour bénéficier de traduction instantanée, pas d’indications claires sur où/comment/quand choper les navettes… etc. Aussi le fait que le staff faisait de son mieux se confirme. On m’a expliqué que parmi le staff il y a avait des professionnels mais aussi des étudiants/jeunes volontaires.

J’ai assisté à deux tables rondes, la première sur les défenseurs des droits de l’Homme. De cette intervention je retiens une idée centrale qui a été évoquée par un intervenant palestinien et qui est la suivante : Il faut élargir la définition de défenseur des droits de l’Homme pour qu’elle ne reste plus l’apanage de ceux qui en font un métier. Ce qui rejoins exactement ce que je disais dans les commentaires d’un précédent statut. Au-delà de cette idée et durant la session des questions réponses, plusieurs marocain(e)s sont intervenu pour dire qu’il y avait beaucoup de violations des droits de l’Homme au Maroc et qu’il y avait des régressions inquiétantes ; le cas du blocage des activités de l’AMDH a été évoqué, le cas Wafaa Charaf a été évoqué, le cas Ali ANOUZLA a été évoqué aussi. D’autres sont intervenu pour dire qu’aujourd’hui plus que jamais au niveau mondiale nous avions besoin d’actions concrètes, certain(e)s même ont demandé qu’est-ce qui a été réalisé concrètement depuis les déclarations qui ont été faites depuis le premier forum qui s’est tenu à Brasília ?

J’ai assisté à une autre conférence qui est autour de la défense des journalistes. Une des premières choses qui m’a frappé est l’absence de journaliste du panel des intervenants. Ça m’a un peu fait penser aux conférences qui porte sur les femmes et où il n’y a aucune femme parmi les intervenants. Les trois marocains intervenants parmi les six étaient : Youness MOUJAHID (Secrétaire général du Syndicat Nationl de la Presse marocaine), Mustapha EL KHALFI (Ministre de la communication et porte-parole du gouvernement) ET Mustapha El IRAQI du C.N.D.H. Ce fut une table rond fade. Younes MOUJAHID s’est livré à grand exercice de brassage d’air. Mustapha EL KHALFI a lui fait un discours politiquement correcte sans aucune annonce factuelle (oui il y a violations des droits des journalistes aux Maroc, oui c’est un vrai problème, il faudra le régler, il faut qu’on améliore les outils pour recenser les journalistes qui sont menacés et/ou violentés, il faut accompagner les journalistes pour qu’ils sachent bien monter leur dossier pour porter plainte, etc.). Ce qui était dommage, c’est que la salle n’a pas eu la possibilité de lui poser des questions et donc de créer un vrai débat. On nous a dit qu’on pourra lui poser des questions après la deuxième table ronde… Sinon, les autres intervenants ont rappelé à quel point il était dangereux d’être journalistes de nos jours, et rien qu’en 2014 on dénombrait déjà une centaine de journalistes assassinés.

Sinon, j’ai rencontré énormément de jeunes gens très intéressants, certain(e)s que je connais, d’autres pas. Des ex Mamfakinch, des blogeurs, des gens d’Anfass… etc. Avec toutes ces personnes on s’est dit que si on était assez courageux(ses) on écrirait un petit compte rendu de ce FMDH. On verra si on va pouvoir le faire…

Je ne peux pas finir ce témoignage sans parler des pluies qui s’abattent sur notre pays. J’en ai eu un aperçu à Marrakech. Vers Ouarzazate deux de mes oncles ont perdu leurs maisons, complètement détruites par les eaux. J’ai vu les photos de Sidi Ifni aujourd’hui… Est-ce que les citoyens ont été évacués à l’avance ? Est-ce que les forces spéciales ont été déplacées sur place ? Est-ce que les routes à risque ont été bloquées ? Est-ce que des endroits pour accueillir les gens ont été prévu ?… Car nous disposons de moyens permettant à l’avance de connaître les périodes où il va pleuvoir et à quelle pluviométrie (c’est avec cela qu’on décide de faire des prières rogatoires non ?) ça serait bien que ces outils permettent d’anticiper et de sauver les vies des citoyens sans quoi la Responsabilité de l’état doit être entièrement engagée.

Voilà donc pour le deuxième témoignage de cette journée.

Demain j’interviens dans une table ronde avec la CNDP, je ne sais pas du coup si je vais pouvoir visiter beaucoup d’ateliers/conférences.

Bonne nuit.”

Advertisements
This entry was posted in Cas d’un état de police, Français, La liberté d’expression. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s