Horreurs sadiques de la torture par le Maroc au Sahara occidental. Le Maroc refuse la demande de Haidar de parler au Forum

prisonnier #12 – Mohamed Bourial – 8/11/10 à Gdeim Izik – 78598 – 30 ans
Né en 1970 à El Ayoun, (Sahara Occidental), membre du Comité de Dialogue du campement de déplacés GDEIM IZIK, a été arrêté de façon arbitraire par des membres de la police, la gendarmerie et l’armée marocaine le 8 novembre 2010, emmené à la caserne principale menotté, pendant 5 jours il a été les yeux bandés, nu et frappé brutalement avec un câble en acier. Mohamed Bourial est père de 2 enfants, il souffre encore de douleurs sur tout le corps suite aux séances de torture et de mauvais traitements dont il a été l’objet.

13-mohamed-burial

 

 prisonnier #13 – Laaroussi Abdeljalil – 13/11/10 à Boujdour – 78608 – perpétuité.  Né en 1978 à El Ayoun, (Sahara Occidental), a été arrêté de façon arbitraire le 13 novembre 2010 à Boujdour au Sahara Occidental, par des membres de la police, la gendarmerie et l’armée, il a été transféré à El Ayoun et soumis à diverses formes de torture psychologique et physique, déshabillé, menotté, les yeux bandés plus de 4 jours, il a été attaché à un bâton suspendu en l’air, a reçu des coups sur tout le corps, étourdi par des décharges électriques, on lui a arraché des cheveux, on l’a menacé de viol, d’amener sa femme pour la violer devant lui et, pendant tout ce temps, on l’a insulté et il a été l’objet de violations des Droits de l’Homme. Abdeljalil Laaroussi est père de 2 enfants, il soufre de troubles psychologiques suite à la torture. Il a été membre du Comité de dialogue dans le camp de Gdeim Izi.

14-laroussi-lemgkaimad

 

prisonnier # 14 – Mohamed El Bachir Boutinguiza (Mohamed El Bachir Boutiguza) – 19/11/10 à El Ayoun – 78602 – perpétuité
Né en 1974 à El Ayoun (Sahara Occidental), détenu le 19 novembre 2010 par la police marocaine, est resté au commissariat de la gendarmerie à El Ayoun longtemps les yeux bandés, menotté et nu pendant son interrogatoire. Il a été violé avant d’être emmené au Commissariat avec un objet métallique dans l’anus, il a subi des décharges électriques en particulier dans les ongles des mains et des pieds, le tout accompagné d’insultes, de privation de sommeil et de nourriture. Les avocats affirment qu’à cause du viol qu’il a subi, Mohamed El Bachir Boutiguza continue à saigner abondamment. Il a été membre du Comité de dialogue dans le camp de Gdeim Izi.

15-mohamed-elbachir-boutinguiza

 

 

 prisonnier #15 – Mohamed Bani – 8/11/10 à Gdeim Izik – 78610 – perpétuité
Né en 1969 à El Ayoun, (Sahara Occidental), a été arrêté arbitrairement par anticipation le 8 novembre 2010 par des forces paramilitaires, l’armée, la gendarmerie et la police quand il se disposait à quitter en voiture le campement GDEIM IZIK après la violente intervention des autorités marocaines contre le campement de déplacés Sahraouis.
Il a été soumis à diverses formes de torture psychologique et physique. Après l’avoir brutalement frappé à la tête, on l’a laissé 6 jours blessé aux intempéries, les yeux bandés, menotté, privé de sommeil et de nourriture et on lui a versé sur le corps de l’eau froide et de l’urine. Mohamed Bani est père de 6 enfants, il se ressent des effets de la torture particulièrement à la tête et au visage, ses blessures sont infectées et en très mauvais état, d’après sa famille lors de la première visite faite au prisonnier dans la prison de Salé. Il était employé au Ministère de l’équipement.

16-mohamed-bani

Advertisements
This entry was posted in Cas d’un état de police, Français, Prisonniers Politiques. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s